Bizarreries du français

 

Bizarreries du français

 

aprender

La langue française est riche en anecdotes, étranges héritages et autres bizarreries, comme en attestent déjà certains de nos articles comme les 15 jeux de mots et drôles de règles ou encore le précis d’histoire de la langue française. Pour commencer la journée sur une note joyeuse et curieuse, voici quelques bizarreries à lire, découvrir ou redécouvrir!

Au jour du jour d’aujourd’hui… pardon ?

Drôle de mot que celui-ci: aujourd’hui. Il n’est enf ait rien d’autre qu’un.. pléonasme, oui monsieur! Car, si on y regarde de plus près, il contient deux fois le mot « jour ». En effet, l’adverbe « hui » est issu du latin hodi qui signifie « ce jour ». Du coup, le mot « aujourd’hui » signifie littéralement « au jour de ce jour ». Pléonasme, surtout au vu de l’expression si répandue : « au jour d’aujourd’hui », encore plus incorrecte qu’elle ne l’est déjà!

 

« Courir comme un dératé », oui mais à ses propres risques et périls !

L’expression « Courir comme un dératé » trouve son origine dans l’antiquité où il était coutume d’atrophier la rate des athlètes. En fait, on pensait à cette époque que les points de côté, ces maudites douleurs qui empêchent d’avancer, étaient dues à la rate . Du coup, on donnait des boissons de « diététique »aux athlètes  pour « consumer » la rate des coureurs. On ira jusqu’à prévoir l’ablation totale de la rate, lors d’un courant médical au XVIe siècle, jugée inutile dans l’organisme…

Le mot dératé vient donc du mot rate, mais attention… on le sait bien, « rien ne sert de courir, il faut partir à point »!

 

« Naguère »… ou il y a peu de temps

La plupart du temps, on utilise « naguère » pour exprimer un époque très très éloignée, remontant à des temps immémoriaux. 
Sauf qu’en réalité,  « naguère » est  la contraction de « il n’y a guère »… soit il n’y a guère (= pas) de temps! Et oui, nous l’utilisons mal puisque naguère signifie en fait « il y a peu de temps »… tout « récemment » en somme !

 

Ail, ails, aulx… aïe aïe aïe

Et ce petit dernier qu’on aime tant: l’ail. En dehors de ses bienfaits pour la santé mais ses dégâts pour l’haleine, l’ail pose bien des problèmes à l’heure de l’employer au pluriels. En fait, le pluriel du mot « ail » s’écrit de deux manières différentes. Lorsqu’on désigne l’ail utilisé comme condiment en cuisine, on doit écrire les « aulx », alors que lorsqu’on désigne la plante, en botanique, on doit écrire les « ails ». Cette improbable subtilité de la langue française est une anomalie, puisque « aulx » devrait s’écrire « aux ». Pour éviter de se compliquer la vie, on peut aussi n’employer le mot « ail » qu’au singulier, ce qui est fréquemment le cas.

 

Et pour encore plus de curiosités, rendez-vous sur nos articles les plus lus:

 

Suivez- nous sur Facebook et Twitter pour ne rien manquer des articles de CourseFinders.com.

 

Et pour trouver l’école faite pour toi, CourseFinders est l’outil idéal.

 

Pour ne manquer aucun des articles de CourseFinders.com, suivez-nous sur Facebook et Twitter.

Anne-Claire Grégoire pour CourseFinders

 

Find your perfect language school Search CourseFinders to find the course for you