Gallicismes et histoires de mots

Gallicismes et histoires de mots

 

Un gallicisme, mais qu’est-ce donc ? Il s’agit des mots empruntés à la langue française dans d’autres langues, comme le très connu « rendez-vous » que l’on retrouve en anglais et en arable, en passant par l’espagnol « rendibu ». Mais saurais-tu les reconnaître ? Et quelle est leur histoire ?

Quelques exemples et un peu d’histoire…

 français dans le monde

En fait, comme cela est expliqué dans l’article sur l’histoire de la langue française, le français, comme les autres langues, a étoffé  son vocabulaire au fil du temps en s’inspirant de mots latin, bien sûr, mais également d’autres langues telles que l’italien, le russe ou encore le japonais. Et vice-versa, le français a prêté bon nombre de ses mots à d’autres langues. Quelques exemples emblématiques sont les mots charme, cabaret ou restaurant que l’on connaît souvent même sans avoir pris un seul cours de français. Même le chinois a emprunté le mot ouai français qui est devenu « wei » pour allo ?.

D’autres mots, plus anciens, se sont bien cachés dans leur langue d’accueil et sont difficilement reconnaissables. C’est le cas du mot potage qui se cache sous le très connu « porridge » anglais. L’anglais d’ailleurs abrite de nombreux gallicismes cachés, c’est le cas du verbe « to search » qui dérive d’une forme dialectale du verbe français chasser et « car » qui viendrait d’une version normande de char.

 

Pourquoi emprunter un mot à une langue étrangère ?

 

C’est très simple : on emprunte ailleurs quand on ne le trouve pas chez soi. En d’autres termes, on emprunte un mot français lorsque dans sa propre langue il n’existe pas de mot qui renvoie à la réalité recherchée. Par exemple, le mot igloo  est en fait un mot emprunté à l’inuit puisqu’il n’y avait pas d’équivalent en langue française : normal, les igloos ne courent pas vraiment les rues dans l’Hexagone !

 

Mais il existe également une autre raison. Une langue peut emprunter un mot pour donner un peu de style, une touche propre qui renvoie à la langue dont on emprunte le mot. Comme le chic à la française. C’est ainsi que beaucoup de mots liés à la gastronomie ont été repris dans le monde entier. Qui n’a pas entendu parler des mots cuisine, apéritif, dessert, champagne, entrée ou menu ? Le mot assiette a été exporté en suédois et en norvégien sous la forme « assiett », et les anglais ont choisi le mot « plate » qui vient du mot français plat. Étonnant n’est ce pas?

Autre domaine propice aux gallicismes: le domaine de la mode, de la cosmétique et de l’esthétique, incarnations par excellence du chic à la française. Les mots chignon, collier, décolleté ou déshabillé se sont exportés dans plusieurs langues tout comme le rouge (à lèvres) repris en arabe, en persan, en grec et en hongrois.

Enfin, le domaine de sentiments a également produit des gallicismes. Le mot altruisme se retrouve dans la langue allemande « altruismus », anglaise « altruism » ou italienne « altruisme ». Courage, quant à lui, est largement repris en anglais « to encourage », en italien « corragio », en catalan « coratge » , en espagnol « corage » et en portugais « coragem ». Autres exemples : discret devenu « diskret » en allemand et « discreet » en anglais ou encore caprice qui devenu « kaprise » en flamand ou repris tel quel en anglais « caprice ».

 

Les exemples sont encore nombreux et il est certain que tu connais quelques gallicismes dans ta langue maternelle. Le brassage des langues est incessant et le français continue d’influencer les autres langues à travers le monde, tout comme il continue à s’enrichir des richesses des langues parlées par les  locuteurs rencontrés au gré des conversations improvisées.

 

Au revoir !

 

Pour ne manquer aucun des articles de CourseFinders.com, suis-nous sur Facebook et Twitter.

Et pour en savoir plus:

http://www.lerobert.com/le-robert-illustre/pdf/apports-du-francais-aux-autres-langues.pdf

 

 

Anne-Claire Grégoire pour CourseFinders

Find your perfect language school Search CourseFinders to find the course for you