Apprendre une autre langue modifie-t-il votre personnalité ? (suite)

Sometimes it's hard to choose
Choices Choices. Photo Credit: Lauren MacDonald https://www.flickr.com/photos/[email protected]/

Apprendre une autre langue modifie-t-il votre personnalité ? (suite)

En 2011 j’ai appris l’Italien. Je me suis rendue en Italie, j’ai découvert un autre monde. Cette expérience m’a permis de comprendre le sens de l’expression selon laquelle une langue est la porte d’entrée d’une culture. Si vous voulez libérer votre personnalité et devenir un peu plus optimiste, alors, il faut absolument aller en Italie, comme l’auteure de Mange, Prie, Aime. Si vous avez commencé l’apprentissage de l’italien, penchez-vous sur les phrases relatives à la nourriture. Cela vous donnera un bon aperçu du mode de vie à l’italienne.

 

Pourquoi je ne peux pas philosopher en italien.

Avez-vous remarqué que votre humeur change lorsque vous parlez une autre langue ? Ou peut-être préférez-vous utiliser une langue particulière selon votre humeur.

En 2012, à Salamanque, j’ai mené une étude sur le processus de prise de décision chez les jeunes communautés internationales dans le cadre d’un projet de programmation neuro-linguistique. Nous avons choisi un panel d’étudiants originaires de divers pays européens, ils ont passé le test en anglais, et devaient utiliser du vocabulaire relevant de la possibilité ou de l’incertitude dans leurs réponses. Ce qu’il était intéressant de noter, en dehors des résultats de la programmation neuro-linguistique, était que les réponses des étudiants originaires d’Europe du sud entaient plus optimistes que celles de leurs voisins. Cela venait-il uniquement de l’ensoleillement de ces pays…?

Lorsqu’en 2011 je commençai à étudier en Pologne, j’appris le polonais et réalisai que j’utilisais une langue different en fonction du but que je poursuivais. J’adorais l’espagnol qui me réchauffait le coeur, tandis que l’italien parlait à mon âme -mes centres d’interêt, mes passions. Je dédiais le russe à la poésie -que j’écrivais depuis l’âge de 4 ans. L’anglais me servait exclusivement professionnellement. Le polonais, pour la vie quotidienne.

Alors, je commençai à remarquer que je réservais certaines langues à certaines sphères de ma vie. Plus précisément, je ne connaissais pas l’équivalence de certains mots ou expressions dans les autres langues que je maitrisais pourtant. Par exemple, j’ai étudié l’économie en anglais et n’avait aucune idée de la manière d’aborder le sujet dans une autre langue.

A côté de cela, parler d’émotions me venait tout naturellement en italien et en espagnol. J’étais tout à fait incapable d’en faire autant en anglais ou en polonais.

Lorsque je vivais en Espagne, je tenais un journal en  portugais. Je me sentais juste entre les deux : émotive mais détendue.

J’en vins à écrire mes poèmes en italien, puis en espagnol, enfin en anglais.En italien mais poèmes étaient passions et riches d’allégories ; en espagnol, il s’agissait plutôt de philosophie lyrique ; en anglais il s’agissait de pure philosophie et pensées brutes. Je ne pouvais absolument pas aborder la philosophie en italien ni en espagnol. Ça ne venait simplement pas.

“Le monde est petit”, ou “le monde est un mouchoir de poche”

Enfin, je constatai une autre différence. Lorsque je parlais à mes amis ou mon partenaire, j’avais tendance à passer à l’espagnol ou à l’italien afin de rendre la conversation plus réciproque, vive, intime et émotionelle, plutôt qu’à utiliser l’anglais ou n’importe quelle autre langue. Et cela me semble toujours justifié. Lorsque je compare les expressions “le monde est petit”  ou “El mundo es un pañuelo” (le monde est un mouchoir de poche) – je préfère nettement l’expression espagnole !

Lorsque je me mis au français, je m’interessai d’abord à l’écrit afin de conduire une étude sur la théorie de l’habitude de Pierre Bourdieu (ou comment se construisent les habitudes sociales). Il me fallu lire des centaines de livres en français puis en discuter en italien avec mon superviseur italien, en espagnol avec mon superviseur espagnol pour finalement écrire sur le sujet en anglais.

J’utilise encore le français pour la lecture des classiques français… et vous me surprendrez débattre des sujets socio-linguistiques en français.

Votre personnalité changera lorsque vous passerez à une autre langue., et c’est une très bonne chose.

Votre personnalité changera en fonction de la langue que vous parlerez, Laissez faire ! C’est très bien. Il s’agit de dipasser nos limites et augmenter notre acceptation.Si vous vous comportez comme le group social principal que vous avez l’intention d’intégrer, vous augmentez vos chances d’être accepté.

Si vous ne discutez pas avec un britanique, vous serez considéré comme impoli. Et si vous ne pouvez cuisiner ni parler de cuisine avec un italien, vous serez probablement tenu à l’écart de nombreuses conversations.

Si vous ne demandez pas à vos collègues chinois ce qu;ils ont mangé au petit-déjeûner, s’ils ont bien dormi et d’autres détails relatifs à leur santé, vous avez peu de chances de devenir leur 兄弟 xiongdi (frère). Il s’agit souvent de respecter les normes culturelles de base acceptées par toute société.

J’appelle ce processus le développement d’une deuxième personnalité linguistique. Le but est d’atteindre le point auquel un étranger est en mesure de communiquer dans une autre langue sans être pris pour un étranger.

La perfection vient avec l’effort. Il ne s’agit pas uniquement de l’accent, du vocabulaire ou l’intonation. Il s’agit aussi de votre langage corporel, votre manière de mener une conversation, poser des questions et partager des points de vue avec les locaux.

Ce type d’assimilation peut prendre des mois, voire des années à un étranger. Au final, les personnalités que vous explorerez au fur et à mesure de votre étude des langues deviendront habituelles.

Lorsque l’on apprend une nouvelle langue -une nouvelle manière d’exprimer nos émotions tout compte fait- une nouvelle manière d’appréhender le monde, nous devons également faire attention de préserver notre identité.

Je préfère utiliser des variations de mon prénom dans les diverses langues que je maîtrise : Catarina en espagnol, Katerina en italien, Catalina en portuguais, Kate en anglais (jamais Katie !) Kasia en polonais, Kat en allemand, Catherine en Francais (bien que la prononciation -“Katrin”-de ce prénom reste un défi0, Katya en russe et Kata en chinois.

Quelle nouvelle personnalité allez-vous découvrir chez vous ? 

Dans chacune des langues que je parle, je laisse mon alter ego s’exprimer et ainsi m’amuser et amuser mais interlocuteurs. Mon souhait de devenir actrice s’exprime maintenant dans chaque langue que je pratique. J’ai ainsi acquis de multiples personnalités -et vous le pouvez aussi.

Quel est votre alter ego linguistique ? Vous ne l’avez pas encore libéré ?

 

Traduit de l’anglais par Dorice Carlier

Pour ne manquer aucun des articles de CourseFinders.com, suivez-nous sur Facebook et Twitter.

 

Find your perfect language school Search CourseFinders to find the course for you